• Comme j'alterne plusieurs ouvrages, mon casier d'imprimeur avance petit à petit,  il "se hâte avec lenteur", comme la tortue de La Fontaine...

    L'alphabet se complète, rangée après rangée...

    ... accompagnée d'un peu de vaisselle... brodée ou pas !

    Et une petite frise supplémentaire !

    J'adore les petits boutons achetés au Salon de Pau en décembre dernier, ils sont vraiment dans le ton.

    Et voilà une petite vue d'ensemble :

    Il y a encore du boulot, mais je tiens le bon bout !

     

     


    9 commentaires
  • Qu'il soit spirituel, religieux, festif ou les trois à la fois, je vous souhaite une bon week-end pascal.


    2 commentaires
  • Il y a des projets qui ont un goût de "retournez-y" une fois terminés, et puis d'autres... dont on est sûre, que jamais, au grand jamais, on ne nous y reprendra !! L'expérience ci-dessous appartient à la seconde catégorie, vous l'aurez compris....

    Il y a déjà un moment que j'avais chiné un fermoir de porte-monnaie ancien en métal. La semaine dernière, je me suis donc attelée à la confection du porte-monnaie, et vogue la galère... Entre la réalisation d'un patron qui convienne, la confection et la pose sur le fermoir, je me suis arraché les cheveux... et ruiné les doigts !

    ça faisait bien longtemps que je n'avais pas eu autant de mal à coudre : pour que le porte-monnaie soit bien fixé au fermoir, et ce sans que mon fil se voie sur la doublure, il m'a fallu batailler ferme... et encore, on devine quelques points par endroits, mais bon... j'y suis arrivée tant bien que mal.

    Il faut dire que j'ai choisi une toile extérieure un peu rigide pour donner un peu de tenue à l'ensemble, donc plus difficile à piquer...

    Quant au fil, il faut qu'il soit très solide, et après plusieurs échecs, j'ai opté pour du coton perlé DMC n°5, qui s'est avéré le seul assez résistant pour ne pas craquer malgré mes tirages forcenés pour faire passer l'aiguille dans ces satanées trous !

    Comme l'extérieur fait un peu "tout nu", je vais sans doute rajouter une petite déco, mais je ne sais pas encore laquelle...

    Et voilà ! Conclusion de l'affaire : plus jamais !

    A bientôt....


    7 commentaires
  • Bonjour !

    Eh oui, étant donné que l'hiver a décidé de s'en donner à coeur-joie jusqu'au dernier moment, mieux vaut rester au chaud et faire s'activer les aiguilles !

    Pour une amie, j'ai commencé par confectionner deux petits étuis à lunettes :

    Tutoriel : Pour mes jolis mômes - Cuir et Simili cuir de ma réserve

    Tissu à Palmiers Roses Mondial Tissus - Tissus petites fleurs Marché Saint Pierre - Pressions Prym

    Le premier, en cuir véritable rose, m'a donné du fil à retordre, j'aurais dû mieux couper les angles... Avec le simili-cuir bleu, c'était déjà mieux maîtrisé... Du coup, je ne me suis pas arrêtée en si bon chemin, et j'ai donné une seconde vie à deux broderies réalisées par une copine du club pour notre exposition de marque-pages, (il y a fort, fort longtemps...), démontées et recousues elles aussi, en étuis à lunettes.

    Broderies Tra La La

    J'ai aussi fait un peu de bricolage et customisé quelques petites boîtes qui traînaient sur mon bureau qui attendaient une finition.

    Boîtes métalliques de récup', transferts de cartes postales anciennes et dentelle chinée

    Et pour finir, j'ai continué de poser des petites croix sur mon encours.

    Modèle Soin du Linge par Histoire de Lin

    Sur cet ouvrage, je m'arrache un peu les cheveux, car j'ai dû jouer avec les dimensions de mon tissu, trop petit pour que la broderie tienne en 2/2 ; du coup j'ai alterné 2/2 pour le titre et 1/1 pour le reste que je dois redisposer sur la toile en différant du modèle initial. C'est pas gagné, mais je m'accroche !

    Bref, ce fut un week-end pluvieux... mais heureux !!

     


    5 commentaires
  • Bonjour !

    Voilà bien longtemps que je ne vous avais pas entraîné(e)s à la chasse aux maisons basques, dans une de mes escapades photographiques...

    Cette fois-ci, je vous emmène à Ustaritz, cité chère au coeur des Basques, car elle abrita longtemps ( de 1550 environ à 1789) le Biltzar, assemblée représentative des paroisses de la province basque du Labourd, et dont les compétences et la composition (aucun membre de la noblesse ou du clergé) étaient assez avant-gardistes pour l'époque. Ustaritz accueillait aussi un tribunal de baillage (jusqu'en 1790), et comptait donc sous l'Ancien régime une population assez dense, et de nombreux magistrats et professionnels du droit, qui firent ériger quelques-unes des belles demeures qui suivent dans le Quartier de Purgoina (Le Bourg) à l'ombre de l'ancien Château des Vicomtes du Labourd...

    Maisons basque, le retour... Ustaritz - Quartier Purgoina

    La mairie a déménagé, et cette majestueuse maison est maintenant à l'abandon, volets fermés, quel dommage...(source photographique Wikipedia)

    Voici donc l'ancienne rue des Magistrats (aujourd'hui Rue Ferrondoa)

    A Ustaritz, de nombreux de noms de maisons sont liés au prénom, au surnom ou au métier de leur propriétaire d'origine - ci-dessus : Philiperenea

    Senkastenea  (Famille Saint Castet, veille famille de notaires et magistrats) et Luisenea (1572)

    Ganibetcharbeita

    Haroztegia (la Forge)

    Mokopeita

    Chocolatenia

    Salhaenia

    Hodienia

    Etchetipia (petite maison)

    Barberabeita (maison du barbier - chirurgien)

    A bientôt !


    5 commentaires